La Mustang Wagon

La Mustang Wagon vue de profil avant

Il n’est pas rare de voir sur les réseaux sociaux des soi-disant « puristes » critiquer une génération de Mustang ou un concept. Certains partent du principe qu’une en est une uniquement si elle dispose d’un V8, qu’elle a été produite entre 1964 et 1969 ou entre 2005 et 2014, etc. Lorsque des photos de concept cars ou modèles un peu particuliers sont postées sur les réseaux sociaux, elles attisent des réactions parfois sévères voire disproportionnées. C’est notamment le cas pour des visuels de la Ford Mustang Wagon.

L’idée à l’origine du concept

Alors que la Ford Mustang vient tout juste de sortir (lire notre article : Les origines de la Ford Mustang), trois hommes ont l’idée d’une Mustang « wagon« . Également appelé « shooting brake » (ou break de chasse), il s’agit d’une voiture à toit rigide de deux, trois ou quatre places, deux portes et quatre fenêtres latérales. Généralement, on utilise cette appellation pour des évolutions de véhicules coupés vers des breaks.

Barney Clark (un cadre de l’agence marketing J. Walter Thompson), Robert Cumberford (un designer auto) et Jim Licata (un passionné de voitures) achètent alors une Ford Mustang coupé avec un V8 (289 ci) et une transmission automatique. Ils décident de l’envoyer dans une entreprise de construction automobile à Turin : Intermeccanica. Cette entreprise, située en Italie, a déjà construit quelques beaux projets. Parmi ceux-ci, on peut citer, quelques années plus tôt, un prototype de coupé en aluminium disposant d’un petit moteur qui propulse tout de même la voiture à 160 km/h.

En mars 1965, donc, nos trois amis font appel à cette société pour réaliser un concept de Mustang un peu particulier. C’est seulement onze mois plus tard qu’ils obtiennent celle qui deviendra la Ford Mustang Wagon. Cette dernière a la particularité de disposer d’un toit de wagon et d’une lunette arrière rétractable. Par ailleurs, les sièges arrière sont rabattables et le couvercle du réservoir à carburant est déplacé.

Dans l’espoir d’attirer l’attention de Ford sur leur Mustang Wagon, les trois compères organisent des séances photos de leur réalisation et s’arrangent pour que la presse automobile publie des articles sur l’auto.

Oui… mais non !

Ford dit « non » !

Toutefois, la Ford Motor Company a, de son côté, déjà travaillé sur le sujet. Très tôt, une étude a été menée sur la potentielle création d’une Mustang de type Wagon… Hélas, les résultats de l’étude ont déterminé que l’entreprise produisant déjà trois types de carrosseries différentes (coupé, fastback, convertible), des frais relatifs à un quatrième modèle seraient trop importants pour être justifiés.

Qu’est-ce qu’on fait ?

Restaient à nos jeunes amis l’option de créer des Mustang Wagon de leur côté et de les commercialiser. Se posaient alors des questions législatives (produire une Mustang sans l’accord de Ford ?) voire des problèmes de rentabilité. En effet, pour être rentable, il faudrait vendre de nombreux exemplaires ; pour vendre en masse, il faudrait vendre où la demande est élevée pour ce type de véhicules, c’est-à-dire aux États-Unis. Ainsi, sans un pied-à-terre en Amérique, il serait couteux d’exporter les véhicules depuis l’Europe ce qui impliquerait un prix de vente élevé et donc des opportunités moins nombreuses. L’option de créer une usine de production aux États-Unis est également écartée, sans doute en raison de l’investissement important, de l’incertitude et du risque élevé associés au projet.

Qu’est devenu le prototype ?

Aujourd’hui, nous ne savons pas vraiment ce qu’est devenue cette voiture prototype. Peut-être fait-elle partie d’une collection privée ? Ou peut-être est-elle sous une épaisse couche de poussière au fond d’une ferme en Europe ? Certaines rumeurs affirment avoir repéré le prototype dans les rues d’Amsterdam. D’autres laissent entendre qu’une Mustang Wagon disposant des mêmes caractéristiques que notre prototype aurait été vue dans une banlieue du New Jersey en 2009. Le mystère reste entier…

Do it yourself!

En mai 1967, le magazine Motor Trend publie un article intitulé « Hobo on Horseback » faisant l’éloge d’un kit coûtant 595 dollars permettant de convertir un modèle cabriolet en une Mustang Wagon… et le tout en seulement quinze minutes.

De nombreuses copies…

Quoi qu’il en soit, et même si la Ford Motor Company n’a pas donné son accord pour produire une Mustang Wagon, certains ont été séduits par le concept et ont décidé de lui donner vie. Parfois, les réalisations ressemblent à se méprendre au prototype de Clark, Cumberford et Licata. D’autres fois, il s’agit de modèles complètement différents mais reprenant les standards du Wagon.

Et vous, que pensez-vous de ce concept ? Auriez-vous acheté une Mustang Wagon si elle avait été produite ?

Quelques illustrations

La Mustang Wagon
La Mustang Wagon
L’article mettant en avant le kit de conversion Hobo Top
L’article mettant en avant le kit de conversion Hobo Top
Le genre de commentaires (plutôt timide celui-ci) que l’on peut lire sous des articles de la Mustang Wagon.
Le genre de commentaires (plutôt timide celui-ci) que l’on peut lire sous des articles de la Mustang Wagon.

Sources

Continue Reading

La Mustang II Monroe Handler

La Mustang II a souvent été décriée par ceux qui s’identifient comme des puristes. A ce sujet, vous pouvez d’ailleurs lire ou relire notre article La controversée Mustang II. Néanmoins, nombreux sont ceux qui ont décidé de modifier la Mustang II pour lui donner un look plus agressif ou la booster un peu. C’est comme ça qu’est née, entre autre, la Mustang II Monroe Handler.

D’où vient la Mustang II Monroe Handler ?

En 1977, l’entreprise Monroe Shocks s’associe au Hot Rod magazine pour construire une Mustang spéciale, avec une ligne plus agressive et des performances améliorées. Le but de l’opération est de promouvoir les amortisseurs « street performance » de la marque. Un certain Dave Kent imagine la voiture et, si le kit carrosserie du premier exemplaire est conçu en métal, Creative Car Products sera également mis à contribution pour créer les même pièces en fibre de verre pour les exemplaires qui suivront. Le Hot Rod magazine écrit quant à lui des articles sur cette fameuse Mustang dans ses éditions de juin, juillet et aout 1977.

Quelles caractéristiques pour cette Mustang ?

Un kit carrosserie et un moteur Roush

Parmi les modifications apportées à la Mustang II ’78 sortie d’usine, on retrouve un hood scoop, une ligne d’échappement chromée, des custodes de vitres arrières et le kit carrosserie « Monroe Handler ».

Au niveau des améliorations, on compte un moteur Roush (363 ci) produisant plus de 400 chevaux et une suspension améliorée. Les différentes pièces peuvent être achetées chez Creative Car Products sous l’appellation « Handler II » et sont disponibles en kit.

La fibre de verre remplace l’acier

Si, à sa sortie, la première Mustang Monroe Handler possède un kit carrosserie en acier, l’année suivante, Creative Car Craft présente six nouveaux exemplaires de la Monroe Handler avec un kit… en fibre de verre !

Ces nouveaux exemplaires sont offerts aux gagnants d’un concours organisé conjointement par les marques Monroe, BF Goodrich, Centerline, Ford, Motorola, Revell et Roush.

Certaines rumeurs évoquent qu’un septième exemplaire a été créé pour un politicien américain connu dont l’anonymat aurait été préservé…

Le kit Handler II

Creative Car Craft permet aux possesseurs de Mustang II de customiser leur Mustang pour obtenir une Monroe Handler. Le kit Handler II est vendu 1 250 dollars et se compose d’ailes avant et arrière, de prise d’air avant et arrière, de spoilers avant et arrière et d’un aileron arrière.

Quelques illustrations

Les images ci-dessous sont issues du site MustangAttitude.com :

Le moteur V8 « Roush » de 5.0 litres développe plus de 400 chevaux
Le moteur V8 « Roush » de 5.0 litres développe plus de 400 chevaux

Sources

Continue Reading